Les Sentiers du Bivouac offrent un espace de liberté en pleine nature qui incite à la douceur, à l’abandon des mécanismes de résistance habituels. Ici nous basculons dans un continuum de relâchement total, dans une bulle accueillante, protectrice et consacrée concue pour favoriser l’émergence d’un bien-être profond attaché aux racines de l’être...

Ici, en somme, il est possible et conseillé d’être pleinement soi-même, de s’aimer, de se re-connaître, de s’accepter et aussi de s’accorder le droit de s'affranchir des conditionnements superflus, inutiles et parasites.
Ici peut-être plus que n’importe où ailleurs, il est possible de goûter aux bonheurs irrésistibles de la simplicité et d’être pleinement, naturellement, 
humblement soi-même au contact de la nature...

 chamanisme 2014 3

C’est dans ce contexte et dans ces ambiances portées par une forme d’euphorie légère, au contact de l’eau, du soleil, de l’air pur, que notre corps se met au diapason de l’effervescence secrète qui déborde de partout. Il y a dans l’air comme une nécessité, impérieuse, de participer à la fête. Notre corps, ce merveilleux instrument, ressent tout, vibre, frémit, se remplit comme il peut de tous les effluves, courants, charges magnétiques qui dansent dans l’azur d’une belle journée d"été. C’est tout simplement délicieux. Une lame de fond irrésistible apporte l’abondance et le bien-être, messagère des dieux invisibles.

C’est dans ces moments, généralement, qu’un sujet récurrent de l’histoire des Sentiers du Bivouac s’invite avec force. 
Tout simplement, alors, une évidence surgit, loin de tout, libre et mû par la force crue et pure de la nature le corps aspire à une autre forme de liberté : avoir le droit de respirer sans vêtements, nu, sans entraves. C'est un sésame pour une forme de "Naturisme" spontané.

C'est un sujet délicat, déjà abordé dans mon ouvrage « la Quête de l'Écologie Sacrée », qui focalise bien des malentendus et des non-sens.

Pour être très clair, cette pratique s'adresse tout d'abord à des personnes responsables, conscientes, désireuses d'avancer et de s'épanouir dans cette recherche des joies subtiles de la nature. Ici l'ambiance est bon enfant, tendre, presque familiale, et la confiance est absolument primordiale. Nous évoluons dans un espace protégé, dans une douce complicité fraternelle où règnent bienveillance, sollicitude, ouverture du cœur, simplicité et authenticité.

Dans ce contexte ceux qui le souhaitent peuvent profiter de l'opportunité pour s'ouvrir sans aucune crainte, sans peur du regard d'autrui, et pratiquer à certaines occasions propices (baignades, bains d'argile, hutte de sudation etc.) la nudité spontanée au sein d'une nature qui nous tend les bras.

Un espace de Liberté

La nudité, telle que nous la vivons dans le cadre des SDB, peut être associée à une certaine forme de candeur, de spontanéité et de simplicité. Il y a quelque chose qui relève du domaine de l'enfance, du paradis perdu, quelque parfum édénique qui restaure en nous un plaisir simple, naturel et évident au contact de la nature quelle que soit l'apparence de notre corps.

La nudité est aussi une offrande que nous déposons dans le temple de la Nature. Un geste humble, beau, simple, qui nous dépouille de tous nos artifices.

Mais nous pouvons aussi aller encore plus loin. Notre corps est un condensé d'appareils subtils et de canaux fluidiques éthériques qui fonctionnent mieux sans l'écran des vêtements. Pour la pratique de l'écologie sacrée, c'est providentiel. Car la nature est un immense réservoir d'énergies, de courants magnétiques et tangibles générés par les échanges entre les 4 éléments et les entités qui les régissent. En nous accordant par notre pureté d'intention et par la qualité de nos vibrations à ces courants, nous activons des centres subtils en nous, qui ouvrent la porte à des expériences ou des grâces inoubliables. 

Je cite ici le Maître spirituel Omraam Mikhaël Aïvanhov : "Le Corps de l'homme et de la femme possède des antennes étheriques grâce auxquels ils peuvent entrer en communication avec la nature et recevoir des forces, des messages. Donc, s'ils peuvent s'exposer nus dans la forêt ou au bord de la mer pour faire un travail spirituel avec la terre, l'air, l'eau, le soleil, ils ont beaucoup plus de possibilités d'émettre des courants et d'en capter, et donc, d'obtenir des résultats..."

 07 10

Le corps nu est ainsi un peu chaman. Plus rien ne fait écran aux courants de la nature, du soleil, du cosmos aussi peut-être. Le corps nu reçoit de toutes parts pour absorber certaines quintessences diffuses. Car la nudité du corps active et dope l’activité de tous les vortex d’énergies qui le régissent : les chakras.

La nature ancre, et stimule particulièrement les chakras des extremités (les mains, les pieds), ainsi que les chakras du bassin et de l’abdomen. Les danses douces et sauvages permettent de travailler sur ces points entre autres et les effectuer nus augmente leur efficacité.

Il est donc important de bien préciser ainsi que la nudité, particulièrement quand il s’agit de la pratiquer en (petit) groupe, implique une honneteté et une rigueur qui est la responsabilité de chacun. Liberté ne peut en aucun cas signifier laisser-aller.

Ainsi, qu’il soit très clair que cette pratique qui est au coeur de l’Écologie Sacrée doit être très clairement dissociée de toute équivoque !

C’est ici sans doute qu’intervient une certaine confusion, voire parfois des tentatives d’amalgames assez injustifiables de mon point de vue. Ce serait totalement contradictoire.

Je pense aussi que c’est fréquemment ce qui effraie d’emblée dès qu’on évoque la nudité auprès du public. Pourtant, et l’expérience de nombreux bivouacs en atteste, l’expérience de la nudité «naturelle» est aux antipodes de ces conceptions erronnées. L’énergie de la nature nous enveloppe, nous nourrit, donne tout son sens à la nudité et préserve totalement de toute confusion avec la sexualité.

Il est tout à fait normal en revanche de se sentir bien dans son corps et de ressentir par instants des élans de sensualité bien naturels, cela peut arriver et il n’y a aucune volonté de puritanisme dans notre démarche, toutefois il doit être bien entendu qu’on ne peut se focaliser ni s’attarder dessus, ce serait prendre le risque alors de se retrouver très immanquablement totalement hors sujet ! Et ce n’est vraiment pas le but des Sentiers du Bivouac !

Je tiens d’ailleurs à préciser qu’il n’y a évidemment jamais eu le moindre problème ou la moindre équivoque à ce sujet. Du point de vue de tous ceux qui ont déjà participé aux Sentiers, cela semble même un peu cocasse et incongru d’avoir à en parler, mais il me semble ici normal et légitime de répondre aux interrogations (voire aux inquiétudes) de certains internautes qui ne connaissent pas encore la nature de nos activités.

La correspondance avec le naturisme peut être établie par moments, c'est exact, mais la différence fondamentale est qu'ici il sagit de nudité naturelle et spontanée, circonstanciée presque, pas un mode de vie revendiqué; et surtout : pratiquée au service de l'Écologie Sacrée dans le cadre d'une relation très privilégiée avec la nature. La nudité ne constitue en rien une finalité de nos stages. Il m'arrive même de refuser des personnes dont c'est visiblement la motivation principale. Il ne faut surtout pas venir aux Sentiers du Bivouac pour vivre nu ! 
Nous n'organisons pas des stages naturistes, mais bien des stages axés sur la pratique de l'Écologie Sacrée avec une tonalité naturiste (sauvage)......ce qui est extraordinairement différent !
Il est certain qu'une lecture un peu trop en surface ou une approche en diagonale des Sentiers du Bivouac, avec pour tout indice les photos apercues sur le blog comme je le constate parfois, peut déconcerter par rapport à la nudité ce qui est compréhensible mais réellement regrettable. On ne devrait pas se priver de vivre des moments aussi rares et précieux, comme nous en vivons à longueur d'année dans le cadre des Sentiers du Bivouac, pour un aspect finalement relativement secondaire.

D'ailleurs, certains d'entre nous ne se mettrons pas forcément nus. C'est tout à fait normal et c'est aussi une question de liberté individuelle bien entendu. Néanmoins il est très fréquent de voir des personnes qui n'y pensaient vraiment pas en venant, finir par tenter l'expérience avec bonheur !

UN ESPACE DE LIBERTE 2013

En résumé, si vous envisagez de venir un jour aux Sentiers du Bivouac c'est pour vivre une expérience intense afin de vous rapprocher de la nature, et retrouver des instincts salutaires au contact de la force, de la beauté et du mystère qui y règne. Je peux servir d'éclaireur, pour vous accompagner dans cette démarche merveilleusement ressourçante, réharmonisante et amoureuse dans un sanctuaire qui offre les conditions idéales. Dans cet espace, que vous choisissiez de vous retrouver nus ou non dans la nature semble vraiment secondaire.

Beaucoup de personnes, depuis la création des Sentiers du Bivouac, ont reculé et hésité à venir à cause de la présence possible de la nudité dans les stages. L'éducation, les préjugés, des peurs de toutes sortes émergent alors, comme un miroir un peu déformant. Car je suis totalement persuadé qu'une fois lancées en avant, ces personnes en auraient très vite laissé sur le parking toutes leurs apréhensions pour vivre pleinement l'instant présent, et devenir actrices et co-créatrices de cette aventure audacieuse et épanouissante que constituent les Sentiers du Bivouac.