pourquoi est-ce encore mieux

Voici un point délicat concernant la démarche natchame...qui offre la possibilité de vivre quelques séquences de nudité pour ceux qui le souhaitent. Si j’étais né finlandais, hollandais, allemand ou suédois, nul doute que ça aurait été bien plus simple.

nudite

En France, comme dans de nombreux autres pays hélas la nudité est très mal comprise, et peu entrée dans les mœurs.

Il existe aussi un risque d'amalgame, associant le plaisir de la nudité avec des connotations indésirables.

C’est oublier, un peu trop vite, que la notion même de nudité est naturelle.  Ce sont les humains actuels avec leurs croyances, leurs mœurs – paradoxalement très relâchées par ailleurs, ce qui n’est peut-être pas tout à fait fortuit – qui se plaisent à tout compliquer et déformer.

Il y a là sans doute un effet miroir, révélant à quel point le grand nombre n’est pas au clair avec son corps et sa sexualité. Voir quelque chose d’anormal dans la nudité d’autrui consiste à émettre un écho renvoyant les personnes ainsi indisposées à leur propre histoire et à leur propre état de conscience, et à leur malaise aussi peut-être vis-à-vis de leur propre corps.

Bien sûr, il y a des facteurs culturels, d’éducation qu’il faut aussi respecter. C’est pourquoi je n’impose jamais rien, considérant que chacun est libre de ses choix. Néanmoins, considérant moi-même être l’héritier d’une autre forme de culture intégrant la nudité heureuse dans son mode de vie je ne vois finalement pas pourquoi je devrais m’en priver et en priver ceux qui ont envie d’en faire l’expérience.

Ce que j’ai surtout envie de dire, c’est qu’il faut observer voire essayer avant de se prononcer !  Mon approche de la nudité est souple, tolérante, accueillante, je ne demande à personne de devenir naturiste mais juste de comprendre ce qui est en train de se passer lorsque qu’un groupe de personnes amoureuses de la nature se dénude simplement au contact de l’eau, du soleil et du vent. Le paradoxe est que je ne nous considère absolument pas comme naturistes au sens strict du terme (même si je le suis à titre très personnel, ce qui n’engage que moi), et peut-être d’ailleurs certains d’entre nous, de retour à leur vie quotidienne, n’auront aucune envie d’aller se mettre nus autre part.

on stage 6

Non, car ici tout est lié à la magie de ce que nous vivons ensemble sur le moment. C’est une ambiance, un contexte, une démarche de l’instant présent qui se démarque de toute volonté ostentatoire ou militante de la nudité. D’ailleurs, tous ne seront pas impérativement nus !

C'est pourquoi je me permets de mettre en garde les personnes désireuses de nous rejoindre de bien identifier leurs motivations en nous rejoignant, car l'essentiel reste bien la communication avec la nature et l'ambiance subtile que nous créons tous ensemble par moments. Venir juste pour être nu avec des gens sympathiques ne suffit pas !...Vous entrez en plein territoire Natcham !

DSCN10410

La seule évidence que je retiens de ces désormais très nombreux bivouacs est que le corps tire un réel bénéfice de la nudité dans la nature. Le bienfait est immédiat, simple, envoûtant. L’acte coule de source en pleine nature, loin des regards et du jugement, en offrande, dans le lâcher-prise de nous-mêmes !

Mais surtout, dans le cadre des Sentiers du Bivouac, la nudité trouve pleinement sa raison d'être avec la démarche "Natchame". Cette "pureté d'intention"qui consiste à s'offrir nu pour faciliter le contact avec les forces étheriques de la nature est un sésame magique pour ceux qui souhaitent travailler avec les éléments les plus subtils contenus dans l'eau, l'air, le soleil, l'éther de la forêt et des arbres...C'est aussi ce que j'énonce comme faisant partie des "20%", ce petit plus qu'offrent les Sentiers du Bivouac pour aller plus loin dans la relation à la nature...