L'eau est au coeur de toutes nos attentions au cours des bivouacs, avec la rivière, les eaux vives et tout l'envoûtement bénéfique de la présence des esprits de l'eau...

Le coeur du bivouac bat au rythme de la rivière, de sa musique et de ses invitations.

BIVOUAC EAUX VIVES

Au cœur de la démarche Natchame la relation avec notre rivière est essentielle, on se sent porté et exalté tout au long du séjour par cette omniprésence qui agit comme un levier magique pour mieux nous immerger encore dans des courants régénérateurs et bienfaisants...

Au petit matin, elle nous accueille de son onde fraîche pour nous mettre en fréquence avec la puissance du jour naissant. Ce bain matinal est un baptême symbolique, qui permet de s'abandonner avec humilité aux esprits du lieu.

La rivière nous écoute, murmure, attend de notre vigilance émerveillée l'ouverture qui lui permettra de se frayer un chemin jusqu'à nous. Un écho secret secoue la torpeur de nos corps engourdis. C'est un appel, une ivresse muette qui nous libère, nous allège et entr'ouvre la lourde porte de la conscience humaine.

Le Royaume de l'eau 2

Voir, ne fut-ce qu'une seule fois, la rivière autrement que ce qu'elle nous semble être...Des magies vertigineuses semblent tapies de toutes parts. L'écume et ses bouillons ont leur langage pour ceux qui savent écouter, une mémoire active qui circule entre les mondes, entre cavernes secrètes et incandescences d'astres invisibles avec la lune en écho et le brasier du soleil en point d'orgue.

Tout est mûr, tendu dans une offrande voluptueuse vers les félicités des sens et le Natcham boit, s'abreuve, inonde son coeur, participe à cette fête où royaumes visibles et invisibles s'entremêlent et nous accompagnent tout le jour durant.

L'onde du soir nous immerge dans un sentiment de paix inexprimable. Lovés au coeur de l'eau, tiédie par le soleil, nous sommes au coeur du diapason du lieu et ressentons la vie intense qui baigne toute la colline, les flancs boisés de la falaise, les rochers gorgés des rayons solaires qui aiment à parler à cette heure, et le velours enivrant qui semble gagner l'air et toutes choses autour de nous.

L'appel de la rivière a gagné. Nous capitulons délicieusement, quittant les rives encombrées de la conscience ordinaire pour glisser avec un bonheur indescriptible dans l'onde qui nous ouvre la porte de l'invisible, corps et esprit unis dans les doux feux de la rivière...