solstice hiver

Le sens profond du solstice d’hiver nous incite à être attentifs à ce que nous enseigne la nature en cette période si particulière : le repos semble être de mise. Tout s’apaise, s’abandonne à une forme d’immobilité, de calme, de mise en suspend des processus. La lumière visible est à son point le plus bas de l’année, le balancier annuel tend vers la nuit et ses havres accueillants.

Cette période est une invitation à l’intériorité, à une descente dans les profondeurs.

Le solstice est comme un puits, il faut oser descendre, pour aller puiser dans les trésors de l’invisible…

Il s'agit juste de prendre le temps du silence, et d'écouter l'écho muet qui parcourt la Terre à cette période.

Tout dans l'énergie du solstice d'hiver nous incite à faire cesser le tumulte des forces centrifuges qui nous attirent à l'extérieur de nous-mêmes. Le temps est venu de s'écouter, de rentrer en soi-même, et de déposer ce qui n'est pas essentiel.

Tout s'immobilise avec le solstice d'hiver, et converge vers le creuset intérieur afin que le visible cède le pas à l'invisible. 

Le passage du 21-22 décembre qui se prolonge pendant les quelques jours de Noël est célébré dans les hautes sphères, comme toutes les fêtes cardinales. Nos coutumes en gardent une mémoire, en écho à des célébrations bien antérieures à l’ère chrétienne. C’est un moment de réalignement et de réunification intérieure, on a besoin de se rassurer, de se réfugier dans la grotte, de se retrouver au cœur du foyer pour mieux communier avec l’immensité…

C’est en réalité un puissant vortex de condensation, que les personnes en recherche devraient utiliser à bon escient. Il existe un espace en chacun, un atome serti dans un écrin inaccessible et secret en temps normal sur lequel la pointe du compas céleste permet de se focaliser à cette période.

L’épisode historique de la crèche a ainsi une correspondance avec la dimension spirituelle de l’être humain, et c’est un rébus ésotérique et symbolique d’une très grande profondeur qui prend toute sa dimension au moment du solstice : profitons-en pour nous rapprocher aussi de notre Christ intérieur, pour abreuver le jardin intime et réveiller les graines endormies.

Prenons un peu de temps pour nous reposer, nous apaiser, et ouvrir notre porte secrète… Les forces souterraines agissent en cette période, et préparent l’explosion du printemps. Il en va de même en nous, dans notre ventre, dans notre cœur, et pour autant que nous accueillons avec attention et respect ce cap annuel il n’est pas interdit d’espérer sentir cette force d’imprégnation du solstice d’hiver se frayer un chemin en nous, et distiller sa paix inexprimable dans tout notre être.

Je vais avoir le bonheur de conduire une cérémonie à l’occasion du week-end du solstice dans quelques jours (avec le Cercle des 4 Vents), dont la pratique de la Hutte de Sudation constituera un point focal particulièrement approprié à la circonstance : douce plongée dans les ténèbres fécondes pour se retrouver soi-même, détente totale du corps physique, silence qui remplit comme une prière, absorption des murmures de l’invisible, accueil du feu intérieur qui donne tout son sens à cette période qui en effet peut nous apporter ses cadeaux, sa magie, sa paix, pour un Noël consacré au retour du Sol Invictus (soleil invaincu), que nous avons tous en nous et qui annonce le retour de la lumière...